Échec de MasterChef : vers une indigestion d’émissions culinaires ?

Il semble loin le temps où Raymond Olivier lançait la première émission culinaire du PAF, Art et Magie de la Cuisine. Il semble loin le temps ou notre Maïté nationale faisait figure d’objet télévisuel non identifié dans sa Cuisine des mousquetaires.

image article emissions culinaires

Aujourd’hui la carotte, le poireau et autre frisée se sont immiscés dans nos salons autant que dans nos cuisines. Le batteur a presque remplacé la table basse et la friteuse le meuble DVD. Impossible de passer à côté de la prolifération des émissions culinaires.

Pour autant, si pendant des années chaque lancement d’émission sur cette thématique a été un succès, si les Français ont longtemps semblé insatiables, l’échec de la cinquième saison de Masterchef sur TF1 laisserait-il entrevoir le début d’une indigestion ? La gastronomie française serait-elle, dorénavant, plus attendue dans l’assiette que sur l’écran ? Pas si sûr.

image 1 article emission culinaire

C’est grave docteur ?

La grande messe culinaire de TF1 est, en effet, un vrai fiasco cette année. Seuls 2,7 millions de personnes ont suivi les premiers coups de fouets de nos chefs amateurs (environ 13,6% de part de marché sur une chaîne qui tourne habituellement au-dessus des 20%, et surtout seulement 17% des ménagères). Le second épisode a même perdu 100 000 fidèles supplémentaires. Pour une émission qui, les saisons précédentes, rassemblait entre 4,5 et 5 millions de personnes en moyenne, c’est trop peu. A un tel point que TF1, pour mettre fin à l’hémorragie, vient de déprogrammer purement et simplement le concours et d’annoncer que les dernières émissions de la saison seront diffusées en prime sur NT1.

Dans le même temps, Qui sera le prochain grand pâtissier ? – dont la 3ème saison a quasiment débuté en même temps sur France 2 – est également à ce stade une (légère) déception, sans être non plus une véritable catastrophe. En effet, le premier épisode n’a fédéré que 1,9 millions de pâtissiers potentiels (10,1% de part de marché). Le programme semble donc bien connaitre un effondrement progressif et certain puisque la première saison s’était clôturée devant 3,2 millions de français salivant et que la seconde édition en avait déjà égaré 1 million en route.

Image 2 Emissions culinaires

Des cas isolés ou une généralité ?

Si pour ces deux programmes cela semble tourner au vinaigre, il est néanmoins difficile d’en tirer de grandes conclusions quant à l’avenir des programmes culinaires sur nos petits écrans.

En effet, Dans la peau d’un chef sur France 2 atteint depuis son retour à l’antenne les scores qu’il avait atteint l’année dernière. Top Chef a vu sa dernière saison faire légèrement mieux que la précédente et se maintenir à des niveaux de parts d’audiences plus qu’honorables pour M6 (13,6% pour la 6ème saison). Le meilleur pâtissier, également sur M6, a fait lui aussi de meilleures performances lors de sa troisième saison que lors de la précédente, égalant presque les scores de la saison de lancement (3 054 000 téléspectateurs en moyenne pour 14,2% de part de marché). Cauchemar en Cuisine, sur M6, fonctionne encore très bien en diffusion originale, tournant souvent entre 3 et 3,5 millions de fidèles. Cette liste d’exemples, si elle montre que les Français semblent toujours friands de crème pâtissière et de bœuf bourguignon, n’a pas vocation à être exhaustive. Mais elle laisse entendre que les mésaventures récentes de Masterchef et Qui sera le prochain grand pâtissier ? ne sont pas entièrement dues au genre, mais bien aux formats eux-mêmes.

Masterchef et Qui sera le prochain grand pâtissier, des failles identifiées ?

Masterchef souffre en effet de la comparaison avec son rival de M6, Top Chef. Le choix fait par Shine de remplacer tout le jury apparaît comme peu judicieux et il aurait été surement préférable de conserver une ou deux têtes habituelles afin de moins dérouter le public.
Concernant l’animation du programme, s’il semble opportun d’avoir remis une animatrice à la tête du programme (la saison 4 n’était animée que par le jury et une voix off), on peut craindre que Sandrine Quétier ne puisse pas y faire grand-chose. Le format ne laisse en effet que peu de place à l’animation pure (à la différence d’un prime de The Voice ou de feu Star Academy par exemple). Dans ce genre de programme, c’est réellement le jury qui peut et doit faire la différence.

Concernant Qui sera le prochain grand pâtissier ?, le problème est plus lié au ton du programme par rapport à sa thématique.
La pâtisserie, c’est le sucre, la douceur, le petit plaisir que l’on s’offre. La pâtisserie évoque, pour beaucoup de Français, les recettes familiales que l’on se transmet de génération en génération ou les souvenirs de goûters d’anniversaires. C’est cet aspect « cocooning » que M6 a parfaitement su saisir dans son Meilleur Patissier via l’emblématique Mercote, et qui manque un peu au talent show présenté par Virginie Guillaume. Qui sera le prochain grand pâtissier ? reprend trop les codes des Masterchef et autre Top chef, créant malgré un jury prestigieux un décalage avec les attentes légitimes de la fameuse ménagère de moins de 50 ans.

image 3 Emissions culinaires

Seuls les plus forts ou les plus malins survivront !

Les Français ne souffrent donc pas d’une réellement indigestion aux émissions culinaires, mais deviennent simplement – avec la multiplication des chaînes et des programmes – plus intransigeants qu’avant. Il y aura donc des pertes, c’est certain, et d’autres programmes en manque d’originalité et/ou de qualité passeront peut être bientôt à la trappe (Mon food truck à la clé par exemple). On peut espérer que les chaînes auront l’intelligence de ne pas trop user des formats qui fonctionnent en les sur-diffusant.

Mais, si les sociétés de production tirent les bons enseignements de ces deux échecs, si elles parviennent à trouver un véritable créneau pour leur programme, alors rien n’empêcherait le téléspectateur de continuer à se délecter encore quelques temps de tous ces bons petits plats télévisuels. La date de péremption des émissions culinaires n’est pas forcément passée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s