Secrets et chuchotements

Le cinéma est un art complexe qui n’hésite pas à abolir les frontières de l’écran pour instaurer un jeu avec le spectateur. L’un de ces procédés a retenu notre attention cette semaine. Il s’agit de séquences à l’intérieur desquelles on peut voir un personnage livrer une phrase ou un secret à un autre sans que le spectateur ne l’entende. Nous avons tenté de répertorier quelques unes de ces séquences et de comprendre leur utilité.

Jouer sur la suggestion

La première raison, la plus évidente, est celle qui consiste à dire quelque chose de salace à voix basse. Avantage : le secret qui n’est pas si secret crée une connivence avec le spectateur. Cela permet d’évoquer sans pour autant choquer. Exemple avec cet extrait d’Avengers :

Dans la saison 4 d’How I Met Your Mother, Barney raconte une blague que nous n’entendrons jamais à l’oreille de Lily. Là, à l’inverse, la blague a pour but de choquer. La rendre indicible renforce notre imagination. D’autant qu’il fallait que l’horreur de cette blague soit suffisamment forte pour donner une raison au personnage de Lily de quitter le groupe, le temps que son interprète aille au terme de sa grossesse.

Faire planer le mystère

Quoi de plus mystérieux qu’une phrase murmurée ? L’un des intérêts de ce genre de scène peut donc être celui d’entretenir l’ambiance énigmatique d’un film. Les exemples que nous avons retenus sont d’ailleurs tous extraits de films reconnus pour leur hermétisme.

Dans Eyes Wide Shut Stanley Kubrick joue la carte de l’ambiance chelou, reflet de la quête pulsionnelle. Il nous offre une exploration du monde du fantasme, entre non-dits, suggestion et inconscient. L’un de ces extraits est assez emblématique : on ne saura jamais ce que murmure Leelee Sobieski à l’oreille de Tom Cruise.

L’exemple n’est pas tout à fait le même pour Donnie Darko, puisqu’on finit par savoir ce que le personnage a glissé à l’oreille du personnage principal. Mais soyons honnête, quoi de plus mystérieux et effrayant qu’une vieille qui susurre à votre oreille ?

grandma-death-whisper-donnie-darko

C’est encore plus flagrant dans la série Twin Peaks. Dès le début, Kyle MacLachlan fait un rêve dans lequel Laura Palmer lui révèle le nom de son assassin. Secret qu’il aura oublié au réveil. But de la scène : frustrer, titiller et jouer avec la curiosité du spectateur, tout en cultivant l’inquiétante étrangeté qui berce la série.

Entretenir le suspense

A la fin d’Happiness Therapy, Bradley Cooper retrouve son ex-femme et lui glisse un mot à l’oreille sous l’oeil de Jennifer Lawrence. Cette scène a simple rôle de suspense. Nous sommes de son point de vue à elle, et nous ne savons si ce qu’il lui dit est d’ordre amoureux ou si c’est d’une autre nature, ce qui influence bien évidemment la fin heureuse ou non du film.

happinesstherapy

Préserver l’intimité des personnages

Mais en général, ces scènes sont beaucoup plus marquantes quand elles ont pour but de préserver l’intimité des personnages. C’est-à-dire que le film, en autorisant les personnages a avoir des paroles entre eux qui ne concernent pas le spectateur, leur donne une réalité et une vie propre. C’est un moyen de renforcer l’identification du spectateur qui se sent paradoxalement plus proches de ces êtres de fictions rendus réels en excluant celui qui regarde. D’autre part, ce secret non partagé dans ce type de scène concerne souvent la pudeur du sentiment. Cette délicatesse rend très souvent ces moments volés poétiques et touchants. L’exemple le plus marquant est bien évidemment la scène finale de Lost in Translation, pur moment de grâce entre Bill Murray et Scarlett Johansson.

On retrouve le même sens dans la séquence d’In the Mood for Love, à la différence que ce qui est dit n’est pas destiné à un autre personnage mais à la mémoire des pierres : secret qui n’est pas à notre portée mais destiné à être gardé par les éléments.

C’est très différent dans Mulholland Drive, mais pas moins intéressant. Le secret échangé entre Laura Elena Harring et Melissa George rend la première insaisissable : elle a un passé que personne ne connait, une intimité que nous ne pouvons atteindre. Elle existait bien avant qu’on ne la regarde. On comprend alors la jalousie qui étreint Naomi Watts car nous sommes dans la même position qu’elle, celle d’un spectateur passif et impuissant qui ne maîtrisera jamais l’ensemble des éléments, provoquant chez lui des émotions violentes. Une belle métaphore du film lui-même !

MD

Bien sûr, il existe beaucoup d’autres scènes et avec elles bien d’autres significations. N’hésitez pas à nous faire connaître vos analyses dans les commentaires !

En bonus avant de se quitter, pour rester dans la thématique du secret, un très chouette montage des plus beaux chuchotements au cinéma :

Une réponse à “Secrets et chuchotements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s