Les sorties du weekend (9)

L’Étrange Festival n’en finit pas de nous surprendre. Après dix jours de programmation tout aussi surprenante qu’étrange, le festival touche à sa fin et réserve chaque jour son lot de découvertes insolites.
Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous y rendre, on vous conseille fortement de profiter de ce dernier weekend pour vous laisser emporter par ce cinéma de l’étrange.
Parmi la pléthore d’œuvres que nous propose l’événement, on vous a fait une petite sélection de ce qui nous fait vraiment envie, bref le bouquet final de l’étrange.

B-Movie: Lust & Sound in West-Berlin (1979-1989) de Heiko Lange, Klaus Maeck, Jörg A. Hoppe

Un documentaire sur le déploiement de la contre-culture dans le Berlin Ouest des années 80, de l’avènement du Punk aux débuts de la Love Parade. Un collage d’images d’archives et de vidéos inédites d’un jeune musicien et producteur de Manchester, Mark Reeder, arrivant à Berlin avant la chute du mur pour faire part de cette scène underground, alternative, et la documenter avec sa Super 8.

Tangerine de Sean Baker

Sin-Dee, prostituée transgenre, sort d’un bref séjour en prison et apprend que son mac et amant l’a trompée. Une poursuite complètement déjantée s’ouvre alors, une veille de Noël, dans les rues de Los Angeles. Avec des actrices fantastiques, exubérantes et hystériques mais surtout très touchantes. Le tout tourné avec un iPhone 5S.

Love & Peace de Sono Sion

Cinéaste excentrique, devenu culte depuis son film Suicide Club en 2001, ce poète avant-gardiste est considéré par l’Étrange Festival comme le « réalisateur le plus barge du monde ». Il s’intéresse ici à la rencontre d’une tortue et d’un employé de bureau, et à l’épopée que cette rencontre va provoquer, sur fond de musique Punk. On ne vous en dit pas plus.

La chambre interdite de Guy Maddin & Evan Johnson

C’est l’événement phare du festival. S’il a été un peu déçu samedi dernier en sortant de la première séance du film, en comparaison des coups de maître du même réalisateur que sont Des trous dans la tête et Winnipeg mon amour, Arthur ne peut que vous recommander d’assister demain soir à la séance sur (très) grand écran de ce monument hallucinogène. En présence de Guy Maddin, qui expliquera sans doute comment sa collaboration avec Evan Johnson a joué sur les choix esthétiques du film.

Moonwalkers de Antoine Bardou-Jacquet

Le premier long-métrage d’Antoine Bardou-Jacquet évoque, sur le ton de la comédie vintage, le mythe du tournage de l’atterrissage d’Apollo 11 sur la lune par Stanley Kubrick. On y suit un agent de la CIA chargé de convaincre Kubrick, mais incapable de trouver ce dernier.

Jodorowsky’s Dune de Frank Pavich

L’Étrange Festival offre cette année une carte blanche au fabuleux réalisateur Jodorowsky. Pour poursuivre cet hommage, les programmateurs ont choisi ce documentaire qui retrace son ambitieuse tentative d’adaptation du roman de Frank Herbert. Si vous en voulez plus, rendez-vous à Bordeaux jusqu’à fin octobre pour une exposition au CAPC consacrée à ce maître de l’étrange.

Enfin, dimanche ne manquez pas une sélection de court-métrages en compétition, tous plus étranges, dérangeants et même pour certains carrément effrayants. Une vraie apothéose !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s