Le renouveau des émissions historiques

Auparavant réservés à une poignée de passionnés, les programmes historiques ont aujourd’hui le vent en poupe sur le petit écran : après le succès de la série documentaire Apocalypse diffusée en prime time sur France 2, l’Histoire occupe désormais une place de choix dans les grilles des programmes TV. Avec les divertissements historiques, on assiste à la naissance d’un nouveau genre d’émissions qui dépoussièrent la manière de raconter l’histoire, et l’audience est au rendez-vous. Plusieurs éléments expliquent leur succès : des sujets qui se concentrent essentiellement sur les périodes fastes de l’histoire, un angle de traitement insolite et/ou un animateur sympathique que l’on prend plaisir à écouter et à suivre au gré de ses découvertes.

L’Histoire de prestige

secrets-dhistoire-1

Créée en 2007 et présentée par Stéphane Bern, Secrets d’Histoire (France 2), nous emmène chaque semaine dans des lieux plus grandioses les uns que les autres. Les prises de vue sont superbes et le patrimoine découvert toujours plus impressionnant. L’animateur, au cœur du programme, nous conte avec admiration et émerveillement le destin de grandes figures historiques et des lieux dans lesquels elles ont vécu. L’émission joue sur les mystères qui entourent ces personnages et les endroits qui leur sont liés. Face caméra, Stéphane Bern nous enjoint à s’engouffrer avec lui dans des pièces, des passages, des escaliers secrets. Le montage de Secrets d’Histoire est fait de telle sorte que le téléspectateur a vraiment l’impression d’accéder à l’inaccessible. Par rapport à un documentaire classique, le téléspectateur est traité comme VIP. et a le sentiment de faire partie d’une visite exclusive.

S’appuyant sur de nombreuses interviews d’historiens, d’interlocuteurs de prestige et d’extraits de films, Secrets d’Histoire est un bon point de départ pour vous donner le goût de l’Histoire et des visites de monuments en tout genre.

L’Histoire people

sous-les-jupons

Sous les jupons de l’Histoire (Chérie 25), est un magazine historique au dispositif très girly : une identité visuelle fushia et violette, un décors de plateau tape-à-l’œil, une playlist de musiques pop pour accompagner les reportages… on se perd un peu dans les époques et dans les styles (vous imaginez Anne de Bretagne danser sur une chanson de Demi Lovato ou de Lady Gaga) mais ces anachronismes sont assumés. L’émission ne fait pas dans la finesse, c’est son parti pris.

Christine Bravo nous y dévoile la vie privée des grandes dames de l’histoire par le biais de rubriques dignes d’un magazine féminin : mode, santé, sexualité, gastronomie… le tout traité sur un ton drôle et décalé. A la manière d’un magazine people, à travers les scandales et les détails croustillants, vous saurez tout de la vie privée de ces « stars » féminines de l’époque. Entourée d’experts en médecine, mode, cuisine etc, Christine Bravo rend l’histoire légère, amusante et surtout la remet au goût du jour.

Sous les jupons de l’Histoire détonne clairement dans le paysage audiovisuel mais la forte personnalité de sa présentatrice pourrait en faire fuir plus d’un.

L’Histoire pédagogique

L'HISTOIRE AU QUOTIDIEN

Mac Lesggy, l’homme aux manettes du magazine de vulgarisation scientifique E = M6, ajoute une corde à son arc en s’intéressant aux sciences humaines. Dans le même esprit pédagogique qu’E = M6L’Histoire au quotidien (M6) dépeint la vie de tout les jours des Français d’antan. On ne s’intéresse pas ici qu’aux coulisses du pouvoir mais aussi aux gens du peuple, qu »ils soient paysans, bourgeois, ou artisans. Pour une fois, l’animateur n’est pas narrateur, il devient acteur en se mêlant à ceux qui reconstituent avec passion la vie quotidienne de nos ancêtres. Alternant les mises en situation et les images d’archives, L’Histoire au quotidien est un véritable voyage dans le temps mais son le style scolaire et familial ne plaira pas à tout le monde.

Chacune de ces émissions apporte un éclairage nouveau au téléspectateur qui souhaiterait (re)découvrir l’histoire. Mais ce nouveau concept de divertissement historique, qui donne dans « l’histoire-spectacle », est loin de faire l’unanimité du côté des historiens, voire même des politiques. Accusées de privilégier la forme sur le fond et d’attirer l’audience grâce à une multiplication d’anecdotes légères, ces émissions ont aussi la particularité de ne se focaliser que sur les périodes « royales », comme si l’histoire de France se limitait à Versailles et aux robes à crinoline. En essayant de la rendre sexy et en la réduisant au luxe débordant de la monarchie, ces émissions donnent une image étriquée de notre passé.

En novembre, W9 diffusera La Petite Histoire de France, un programme court de Jamel Debouzze. Annoncé comme « drôle mais pas que ». Espérons que ce programme tire son épingle du jeu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s