Le duel télévisuel du jour : Man vs Wild Versus River Monsters

L’heure est à l’affrontement de deux explorateurs de l’extrême, l’opposition de deux mastodontes de l’évasion télévisuelle : d’un côté Man vs Wild, programme de survie iconique de Discovery Channel (diffusé en France sur NT1 et depuis 2014 sur RMC Découverte), de l’autre River Monsters et ses pêches dantesques dans les cours d’eau les plus reculés et inhospitaliers du globe (diffusé en France sur Numéro 23).

Pourquoi, nous direz-vous, faire monter sur le ring  Bear Grylls et Jeremy Wade, les deux animateurs/aventuriers de ces programmes ? Tout simplement parce que ce sont deux fous furieux du petit écran qui emmènent le téléspectateur avec eux dans les coins les plus sauvages de notre planète et, en quelque sorte, les enfants télévisuels hyperactifs et cachés de Nicolas Hulot (Ushuaïa Nature) et de Frédéric Lopez (Rendez-vous en terre inconnue). Dépaysement garanti !

image 2 man vs wild

image river monster

Round 1 : L’émission dans laquelle l’animateur mouille le plus sa chemise

Dans les deux programmes, on ne peut pas reprocher aux animateurs de ne pas mouiller le maillot mais c’est néanmoins Bear Grylls qui l’emporte sur ce point. Là où dans River Monsters on voit Jeremy Wade se débattre pendant des heures avec des poissons qui ont souvent plus de dents que Béatrice Dalle et Richard Kiel réunis, le scout de l’extrême de Man vs Wild (ancien soldat des forces spéciales quand même !) construit des radeaux à partir de brindilles, escalade des falaises à pic, croque dans des serpents  vivants, ou dépèce des moutons morts trouvés en chemin. Il en a de la virilité à revendre le petit ! Sur ce premier round  Man Vs Wild l’emporte donc par KO.

Man Vs Wild : 1     River Monsters: 0

Round 2 : En période de Cop 21, l’émission la plus éco friendly

A l’heure ou Nicolas Hulot fait le tour des plateaux TV pour faire la promo de son nouveau livre et alors que Ségolène Royal nous prépare une Cop 21 aux petits oignons, il est de bon ton de parler d’écologie. Sur ce terrain-là, c’est au tour du pêcheur de l’extrême de terrasser l’ancien soldat. Jeremy Wade relâche, en effet, à chaque fois les poissons qu’il se donne tant de mal à attraper. Dans Man vs Wild, au contraire, on coupe des arbres et on chasse pour se nourrir. Pas de quoi fouetter un chat non plus mais un point mérité quand même pour River Monsters.

Man Vs Wild : 1     River Monsters: 1

Round 3 : L’émission la plus dépaysante

Dur de départager les deux programmes sur ce critère tant ils titillent les explorateurs qui sommeillent en chacun de nous… Que ce soit avec Man vs Wild ou River Monsters, on passe de notre salon aux rivières et aux forêts les plus isolées des six continents. Comment ne pas s’émerveiller de se retrouver à ce point immergé dans ce que la nature a encore de plus préservé ? Elle est quand même bien belle cette planète Terre . Allez 1 point partout !

Man Vs Wild : 2     River Monsters: 2

Round 4 : l’émission dans laquelle le suspense est le plus intenable

A ce jeu-là, c’est Jeremy Wade qui sort victorieux et remporte le point. En effet, une des forces de River Monsters est que justement vous n’êtes pas certain de voir s’agiter au bout de sa ligne le monstre tant attendu. Non, Jeremy Wade est de ceux qui repartent parfois bredouilles. A l’inverse, pas d’inquiétude pour Bear Grylls et ses cameramen qui ne restent jamais en plan au milieu d’une jungle ou sur un glacier. Et c’est là peut-être que le bât blesse. Ce n’est pas que l’on aimerait voir notre cher Bear servir de repas à une meute de lions affamés, mais bon, à force de le voir si infaillible dans ses missions et ne jamais appeler la production à l’aide, on finit par douter de la sincérité des aventures de ce Robinson des temps modernes. C’est aussi dans ses défauts que l’on voit la valeur d’un homme… et d’un programme télé.

image 3 river monster

Man Vs Wild: 2     River Monsters: 3

Round 5 : l’émission dans laquelle on apprend le plus de choses

River Monster et Man Vs Wild ne se contentent pas uniquement de faire voyager le téléspectateur, Bear Grylls et Jeremy Wade se chargent également d’éduquer ceux qui les regardent aux trésors dont la nature recèle. Des cours d’SVT pourrait-on dire, l’adrénaline en plus. Espèces animales et végétales n’ont plus de secrets pour les fans les plus assidus (qui pourrait prétendre savoir ce qu’est une salamandre japonaise sans avoir vu monsieur Wade en capturer une ?). Néanmoins, les connaissances transmises par Bear Grylls dans Man vs Wild ne se limitent pas à des noms de plantes ou aux modes de vie de batraciens ou autres monstres aquatiques. Quand on regarde le programme, c’est bel et bien à un véritable guide de survie auquel on a accès. La Bible de tout aventurier de Koh Lanta qui se respecte. Ok,  il ne s’agit pas là de trucs et astuces que l’on aura l’occasion d’utiliser au quotidien (à moins qu’entre le métro et le bureau vous soyez amenés à vous servir d’une panse d’animal mort pour filtrer de l’eau rance et la rendre « potable »), mais sait-on jamais, peut-être un jour sera-ton bien content d’avoir passé des soirées entières à regarder Bear Grylls se muer en prof de l’extrême. Point pour Man vs Wild donc.

Man Vs Wild: 3     River Monsters: 3

And the winner is… Nos deux champions sortent donc de cet affrontement sans merci sur un score d’égalité totale, mais comme il n’y a pas de combat sans vainqueur, nous déclarons Jeremy Wade et River Monsters vainqueurs d’une courte tête de ce duel presque fratricide. En effet, Man Vs Wild a son lot de polémiques et de rumeurs remettant en cause la véracité des aventures vécues par notre Robinson du petit écran. Un épisode censé se dérouler sur une île isolée du pacifique avait, en fait, été tourné à Hawaï (on a déjà fait mieux en matière d’isolement… et même s’il existe surement à Hawaï des coins reculés, pourquoi ne pas l’avoir assumé dès le départ ?). De même, alors que dans un autre épisode il était perdu dans un désert aride, on ne l’as pas vu boire tant que cela face caméra (ou aurait-il pu trouver la quantité nécessaire d’eau lui permettant de survivre plusieurs jours dans une fournaise pareille ?). Bien sûr, ces polémiques n’enlèvent rien à la beauté des images et aux activités extrêmes que son animateur est poussé à faire, mais Bear Grylls serait-il le Lance Amstrong des émissions d’évasion et d’aventure ? On ne prendra pas le risque de se mouiller, alors remettons le maillot jaune sans sourciller au pêcheur de l’extrême. Congrats River Monsters !

image 4 river monster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s