Les Ewoks, des peluches qui vous veulent du bien

Comment décrire ce peuple de boules de poils, aussi sympathiques qu’insolites ? Apparus dans Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi en 1983, ces étranges petites bêtes ont fait l’objet de deux téléfilms, L’Aventure des Ewoks (Caravan of Courage : An Ewok Adventure) en 1984 et La Bataille d’Endor (Ewoks : The Battle for Endor) en 1985. La même année, ils sont une nouvelle fois adaptés dans une série d’animation, Star Wars : Ewoks.

Sorti tout droit de la tête capitaliste de George Lucas, ce dernier avait bien senti dès Star Wars IV : Un nouvel espoir (1977) le potentiel lucratif des produits dérivés inspirés de son univers. Même si George Lucas voulait d’abord présenter ces nounours pour contre-balancer l’univers ultra-technologique de Star Wars, c’est bien l’objectif mercantile qui prime. Il voulait en effet des personnages qui pourraient facilement plaire aux enfants et être déclinables en merchandising. Les différentes fourrures offrent de plus de multiples versions de ces douces peluches, qu’elles soient en figurines ou à tailles réelles (environ un mètre de haut). En 1983, Le Retour du Jedi est évidemment un succès au box-office ; les Ewoks deviennent très vite les nouveaux nounours préférés des enfants des années 1980. D’ailleurs, l’Ewok est la version enfantine de Chewbacca de la famille des Wookiee : Lucas inversa simplement les syllabes de Wookiee pour trouver le terme Ewok.

Surfant sur ces bébêtes sans défauts, Lucasfilm sort deux spin-off en 1984 et 1985. Le premier, L’Aventure des Ewoks, conte l’histoire de de la famille Towani écrasée sur la lune forestière d’Endor. Mace et Cindel, un adolescent et une fillette, ont perdu leurs parents capturés par le géant Gorax. Perdus en pleine forêt, ils seront alors accueillis et aidés par les gentils Ewoks puis embarqués dans un périple pour retrouver leur famille. La bonté, le courage et une bonne dose de morale sont les éléments fondamentaux de ce film familial, dans lequel la famille elle-même est le sujet principal (elle est le fondement de la communauté des Ewoks et de la famille Towani).

La Bataille d’Endor, sorti en 1985, est la suite directe de L’Aventure des Ewoks. A la suite d’une attaque des Maraudeurs de Sanyassan menés par le terrible Terak contre le village des Ewoks, toute la famille de Cindel meurt. La pauvre fillette, qui oublie d’ailleurs bien vite ses parents et son frère, sera capturée par Charal, une adepte de la Force, avant de fuir cette planète avec un ermite trouvé sur son chemin dans un vaisseau spatial abandonné.

Il est clair que les téléfilms n’ont pas de scénario travaillé, l’intérêt principal étant surtout mercantile tout en développant l’univers de ces peluches ambulantes. L’Ewok vit en communauté, suspendu dans des arbres, vivant de la chasse et de la cueillette. Peu évolués technologiquement, ils possèdent néanmoins certains objets magiques que leur procurent le sorcier du village. Ces objets (lampe, flèche directionnelle ou bâton magique) aideront d’ailleurs les enfants dans leur quête. Les Ewoks adoptent des animaux types poneys ou furets, la magie est bien plus présente dans les téléfilms qu’au cinéma.

Ce peuple primitif renvoie aux premiers hommes avec leurs sagaies, couteaux, peaux de bêtes et autres ustensiles. Leur langage constitué de grognements est même incompréhensible pour l’être humain, du moins dans le premier téléfilm. Dans La Bataille d’Endor, la fillette se retrouvant seule avec Wicket Warrick (joué par Warwick Davis), l’Ewok le plus connu de la saga, et celui-ci parvient à parler sans aucune explication afin de faire causette avec la fillette endeuillée et surtout pour ne pas ennuyer le spectateur.

Ces deux feuilletons ont très mal vieilli. Les monstres sont devenus dérisoires, presque ridicules. L’espèce de gros chien ou le féroce ptérodactyle que combattent les Ewoks font désormais bien rire. Même en 1983, Jabba The Hutt paraissait plus féroce dans sa forme de limace malfaisante.

Enfin, et il fallait chercher dans le fond du grenier pour trouver cette perle, la sortie de L’Aventure des Ewoks était accompagnée en France, pour la voix de la narration, de la grande Dorothée, personnellement choisie par George Lucas pour enregistrer la chanson Les Petits Ewoks narrant l’histoire du film. En voici le résultat :

Prolonger l’aventure Star Wars par des spin-off semble devenir un principe. Ainsi la nouvelle trilogie initiée par Star Wars – Le Réveil de la Force (2015) se verra complété par trois films dérivés : Rogue One (2016) se concentrera sur des soldats rebelles, une aventure sur la jeunesse de Han Solo sortira en 2018 et une autre sur Boba Fett en 2020.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s