Chelsea Does…

Chelsea Handler est une humoriste, actrice, productrice et écrivain américaine. Devenue très populaire aux Etats-Unis grâce à son talk-show Chelsea Lately (E!), qu’elle a animé de 2007 à 2014, elle change cette fois-ci de format (mais pas de personnalité) avec la série documentaire Chelsea Does (Netflix) en quatre parties : Chelsea does… Sillicon Valley, Chelsea does… marriage, Chelsea does… racism, Chelsea does… drugs.

L’humoriste se sent en effet concernée par chacun de ces sujets : alors qu’elle vit dans un monde ultra-connectée (sa maison est électroniquement gérée via un Ipad), elle ne comprend rien aux nouvelles technologies. A 40 ans, elle est célibataire, sans attache et ne compte pas se marier. Elle n’a jamais caché son attirance, voire addiction, pour les drogues et notamment la marijuana. Enfin, de confession juive elle se pose la question de l’avancée des mentalités américaine sur la question du racisme.

Ces documentaires incarnés alternent des séquences de dîners entre Chelsea et sa famille ou ses amis – qui sont le plus souvent des célébrités du show-business -, des interviews de gens qui polémiquent, et ses séances avec un psy. Cette structure change du documentaire télévisé traditionnel avec voix-off et interviews face caméra ; on se retrouve à mi-chemin entre la télé-réalité et le documentaire.

De la Silicon Valley aux groupes de « déconnexion digitale », des chapelles de mariage à Las Vegas au site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison, des débats avec des représentants des différentes organisations de défense des droits de l’Homme à la visite d’une plantation dans le sud des Etats-Unis, Chelsea Handler pose un regard concerné, parfois drôle mais aussi blasé, sur certains aspects de la société américaine d’aujourd’hui.

Si l’humoriste apporte sa touche personnelle avec des commentaires sarcastiques et des réactions provocatrices, on regrette qu’elle ne prenne pas suffisamment de recul et fasse finalement peu d’efforts pour se mettre à la place des gens. Les séances de psy qui permettent de mieux comprendre la star et sa manière de fonctionner (qui peut être aussi la nôtre) sont lassantes. Plus on est centré sur sa personne, moins le sujet captive. C’est sans doute pour cela que Chelsea does racism est l’épisode le plus intéressant, parce que Chelsea se met davantage en retrait et permet aux gens de raconter leur histoire. 

Peu connue en France, Chelsea Handler a une personnalité atypique, et qu’on l’aime ou non, elle ne laisse personne indifférent. Elle n’est pas politiquement correcte, elle est franche et assume ses propos, même les blagues les plus grinçantes. Tantôt animatrice tantôt sujet du documentaire, elle ne parvient pas vraiment à se décider et c’est bien dommage, car on apprend des témoignages des uns et des autres mais on est à deux doigts de l’overdose Chelsea Handler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s