Les sorties VoD de février

La spécialité de Spideo étant la VoD, il était grand temps que le blog se pare d’une nouvelle rubrique qui lui serait consacrée. A l’heure de l’E-cinéma, néologisme barbare sensé donné aux direct-to-dvd un peu du glam d’internet, il n’est plus si simple d’être informé de ce qui est disponible à l’instant T sur les plate-formes légales, et surtout de ce que valent ces films dont on a jamais entendu parler. M’étant portée volontaire pour l’exercice, voici ma petite sélection de films tout neufs, dénués d’exégèse, puisque la presse ne s’empare que de ce qui sort sur grand écran.

People, places, things (sortie le 15 février 2016)

C’est, comme le ferait presque caricaturalement penser son titre, un film tout ce qu’il y a de plus indépendant. Il est réalisé par James C Strouse, passé par la case Sundance. Jemaine Clement (mais si, le mec de Flight of the Conchords) y promène son spleen et son décalage. Will Henry, dessinateur de BD, vient de se faire quitter par la mère de ses deux adorables filles pour un autre sans beaucoup d’explications. Mais leurs sentiments n’ont pourtant pas disparus. Difficile dans ce contexte de savoir comment faire les bons choix, en restant fidèle à soi-même, surtout quand la belle Regina Hall semble s’intéresser à vous. Présenté comme ça, rien de bien neuf à l’horizon, et pourtant ça marche. C’est aussi la particularité du cinéma indépendant selon moi : basé sur la répétition ad nauseam des mêmes ingrédients, avec les bons dosages on peut quand même être sûr de ne pas trop se planter et de dire quelque chose qui touchera quelqu’un. C’est le cas ici où le capital sympathie du film est constitué en premier lieu par ses acteurs (mention spéciale aux deux adorables gamines). On est aussi un peu content de croire aux personnages : pour une fois, on voit le travail d’un artiste de fiction présenté comme talentueux et créatif et ça n’est pas ridicule. Cela est rendu possible par les planches dessinées par Gray Williams, un auteur de comics américain, qui font écho au scénario dans une formidable synthèse poétique, amenant de jolies respirations dans le film. En conclusion, pas de révolution, mais on passe un très agréable moment et en bonne compagnie.

Freaks of nature (sortie le 15 février 2016)

Après le film indépendant américain, voici le teen movie plein de zombies, vampires et autres créatures. Ici aussi pas de réinvention de l’eau chaude, mais du solide et sympa avec du déjà vu. A Dillford, les vampires, les humains et les zombies vivent en harmonie, complexifiant seulement un peu plus le système social du lycée local. Les amourettes et crises d’ado des uns et des autres vont se retrouver confrontés à une invasion d’extraterrestres détruisant la ville et obligeant nos jeunes à surmonter leurs hormones, leur colère et leurs différences pour sauver leurs concitoyens. Au programme : des blagues, de l’amour, un bonne tonne de sang et une métaphore de l’autre à coup de littérature young adult. Pas bien profond, mais un peu moins moralisateur que Twilight et consort, ce qui ne fait pas de mal. Ajoutez à ça Vanessa Hudgens et Ed Westiwick pour faire monter la testostérone et vous obtenez un divertissement plus que correct dans les clous du genre.

Bonus : le coin des films chelou

N’oubliant pas son ADN de direct-to-DVD, il y a aussi du pas bon et du lourd dans la VoD. Nicolas Cage continue de faire avancer sa carrière et sa réputation toujours plus loin dans le genre fantastique en incarnant un énième papa confronté à un événement surnaturel qui met sa famille en péril. Dans Pay the Ghost, il va à nouveau devoir déchiffrer de mystérieux signes fichtrement compliqués pour retrouver son fils disparu. Cette fois il est question de fantômes et de traumatismes d’Halloween.

Pay-The-Ghost

Point coupe : en 2016 Nicolas en est à la raie quasi au milieu avec départ de mèche mais en fait non.

Pour les fans d’héroïnes d’action qui n’aiment pas trop se faire manipuler et exercent une vengeance implacable en costume moulant, Naked Soldier, version asiatique du genre, est sorti pour vous, avec Sammo Hung Kam-Bo, le Flic de Shanghaï.

Naked-Soldier-p6

Oui j’ai tapé « naked soldier » sur google image pour cette recherche. Voici l’image la plus safe.

Enfin, je citerai Blunt force trauma, juste pour le plaisir de noter son synopsis : « Les voyages, à la fois parallèles et différents, de deux as de la gâchette. » Je vous laisse découvrir tout seul comme des grands ce que peuvent bien être ces voyages (parallèles. Et différents.).

bluntforce

OUPS j’ai oublié de vous parler du casting !

Bonnes découvertes !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s