Le nouveau projet d’Alessandra Sublet

Indexer tout ce qui passe à la télé française aurait-il fait de moi un télévore obsessionnel ? Ou alors – et je préfère ça –  est-ce que le fait de voir l’intégralité du PAF défiler sous mes yeux toute la journée aurait contraint mon subconscient à ne retenir que l’essentiel ? Difficile de répondre. Mieux vaut assumer : oui, je vais encore vous parler d’Alessandra Sublet et oui je vais (encore) en dire du bien !

Alessandra sublet 11

Mais cette fois-ci, pas question de vous refaire la liste des nombreuses qualités d’Alessandra Sublet, nul besoin de vous redire ce qui fait d’elle, selon moi, l’une des valeurs fortes du paysage audiovisuel français. Aujourd’hui je compte m’attarder sur son nouveau projet : Action ou Vérité.

Transfert phare du dernier mercato, Alessandra Sublet avait débarqué sur TF1 attirée par tous les beaux projets que lui avait fait miroiter, pour l’attirer en son sein, le premier groupe audiovisuel européen. Son départ de France Télévisions lui aura déjà permis de fouler la scène de Bercy, en prenant les rênes de la célébration télévisuelle des 30 ans de la salle mythique. Mais si des primes évènementiels d’une telle dimension sont souvent le gage d’une audience massive (près de 5,5 millions pour le show à Bercy), ce qui permettra à Alessandra de véritablement s’installer sur TF1, c’est une émission régulière, et d’être identifiée à une « marque » télévisuelle appréciée. Etre celle à qui le téléspectateur donnerait rendez-vous chaque semaine ou chaque mois en s’installant confortablement dans son salon. Et quelque chose me dit qu’Action ou Vérité pourrait bien être ce programme !

Ce que l’on sait du programme

Talk-show se voulant divertissant et informatif, Action ou vérité consistera à mêler autour d’une table des invités artistiques et/ou politiques et à les pousser à des confessions privées en lien ou non avec l’actualité, au travers du célèbre jeu enfantin « action ou vérité ». S’ils choisissent une « action », ils devront donner de leur personne dans des défis absurdes et décalés, comme se lancer dans un twerk enflammé au milieu du plateau (sort réservé à l’humoriste Jarry lors de la première émission déjà enregistrée), ou encore se faire des ennemis en éliminant une photo de personnalité entre deux portraits proposés.

La partie politique de l’émission ne ressemblera pas à une interview politique traditionnelle. En effet, le but sera d’amener les élu(e)s à donner autre chose que les discours souvent policés et toujours sérieux que les autres programmes les amènent à tenir. L’émission n’aura pas pour but de remplacer la séquence politique de On n’est pas couchés ni les débats de fonds de C dans l’air, et les invités choisis pour leurs convictions doivent être prévenus : le but sera d’aborder profondément la surface ou d’aller joyeusement dans l’intime. Jean Luc Mélenchon (qui a inauguré le siège) et NKM (dont la participation a semble-t-il été confirmée), qu’ils choisissent des actions ou des vérités, seront donc poussés à la confession joviale par Alessandra Sublet.

Une sorte de Un soir à la Tour Eiffel qui aurait trouvé son concept ?

Que ce soit avec C à vous ou, plus récemment, avec Un soir à la tour Eiffel l’année dernière sur France 2, Alessandra Sublet a déjà montré qu’elle savait y faire pour amener la spontanéité qui donne toute sa saveur à une interview. Le Talk, c’est sa came !

Pour autant, malgré sa fraîcheur et le cadre somptueux qu’avait l’émission (l’émission était quand même tournée au deuxième étage de la Tour Eiffel), Un soir à la tour Eiffel n’avait pas vraiment trouvé son public. En effet, sans être ce que l’on appelle un bide, les audiences auront été moyennes, et on peut se demander pourquoi les téléspectateurs ne sont pas venus en masse retrouver le pep’s presque légendaire de madame Sublet. Dans la forme, Un soir à la tour Eiffel n’apportait pas grand-chose de neuf par rapport à un Vivement Dimanche magistralement incarné par Drucker depuis de nombreuses années. Sans empreinte forte, même si sympathique, l’émission n’a donc pas pu imprimer côté téléspectateurs.

Avec Action ou Vérité, ce sera différent. En effet, non seulement l’animatrice retrouvera un exercice qu’elle connait et pour lequel on sait qu’elle a les qualités requises, mais surtout l’émission aura cette fois-ci un concept fort et assumé.

Entre le talk et le comedy game

Véritable « Comedy Game » à la française, Action ou vérité rejoindra donc à ce titre les Vendredi tout est permis d’Arthur ou encore, pour le côté happening, Touche pas à mon poste dans lequel le trublion Hanouna quitte souvent le côté info média pour aller vers le divertissement pur et dur. Cependant, et c’est là peut être la valeur ajoutée du programme par rapport à ses frères de divertissement, l’émission ne fera pas l’impasse sur la dimension « interview culturelle », caractéristique du format talk-show. Ce format, amené à l’antenne par ma notre chère Alessandra) serait donc la rencontre improbable entre Vendredi tout est permis et Salut les terriens, le talk d’Ardisson. Rencontre pleine de promesses, dans laquelle on peut voir la volonté de TF1 de renouer avec ses succès passés en matière de talk. Action ou vérité n’a-t-il pas vocation à être le nouveau Méthode Cauet (le potache en moins) ?

La nouvelle Méthode Cauet de TF1 ?

En matière de talk/divertissement de seconde partie de soirée, le succès de la Méthode Cauet du début des années 2000 reste un souvenir télévisuel fort pour des millions de Français… comme pour la première chaîne qui aimerait sûrement retrouver l’ivresse hebdomadaire des résultats d’audience du vendredi matin. En effet, l’émission portée à l’époque par le binôme Cauet / Cécile de Ménibus, rassemblait chaque semaine des millions de téléspectateurs et réalisait des parts d’audiences exceptionnelles (régulièrement entre 35 et 40%, avec des scores sur les jeunes et les responsables des achats encore plus élevés). Le concept de l’émission reposait sur les interviews dans le fameux fauteuil bleu où les invités défilaient, équipés d’un capteur de pulsations cardiaques afin de déceler plus aisément le vrai du faux dans les réponses avancées. Ces interviews étaient là aussi régulièrement ponctuées de happening humoristiques et le ton de l’émission, du fait de sa diffusion tardive, avait pour caractéristique d’être assez libérée et potache – ce qui a souvent valu à l’émission des remontrances du CSA, mais aussi des séquences cultes comme celle ou Jamel Debouzze a déclaré à Danie Minogue, sœur de Kylie et chanteuse en son temps, « I want to fuck you ».

Le caractère international du casting d’invités a clairement participé à l’écriture de la légende du Talk de Cauet. En effet, forte de ses audiences, La Méthode Cauet n’avait aucun souci pour faire venir des acteurs ou chanteurs internationaux, alimentant ainsi le buzz médiatique chaque semaine. Peut-être étaient-ce les audiences d’antan (beaucoup plus importantes du fait d’un moins grand nombre de chaînes disponibles) qui permettaient à une émission hebdomadaire d’attirer systématiquement des stars de dimension internationale dans ses filets. Et il semble évident qu’il sera difficile à Action ou Vérité d’accueillir des Sylvester Stallone à chaque émission. Mais ne sous estimons pas la force de persuasion de la première chaîne française, ni le bagou ravageur de l’animatrice. Action ou Vérité a bel et bien l’intention de réussir son entrée en piste et souhaite frapper un grand coup pour ses débuts. Qui passera sur le grill des questions tout en sourire d’Alessandra Sublet lors des premières émissions? Le désormais oscarisé Leonardo Dicaprio, rien que cela !

http://www.wat.tv/embedframe/158032chuPP3r12967128

Tous les ingrédients du succès pourraient donc être réunis pour faire de l’arrivée d’Action ou Vérité un nouveau rendez vous pour des millions de Français. Néanmoins, avoir des œufs dans son frigidaire ne veut pas forcément dire que l’on fera une bonne omelette. En effet, toute nouvelle recrue entraîne avec elle son lot de jalousie et de qu’en dira-ton, et Alessandra Sublet ne constitue pas une exception à cette règle. Il se murmurerait, dans les couloirs de la première chaîne, que son comportement agace parfois, mais surtout que TF1 aurait été un peu déçue par le tournage de la première émission et préférerait directement diffuser le second numéro. Peut-être est-ce pour lancer la marque avec la meilleure émission possible, ou simplement pour des histoires de calendriers de promotions des invités… Parfois la rumeur déforme. Quoiqu’il en soit, souhaitons à Alessandra le même succès que Cauet en son temps. Zappera ou zappera pas : affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s