Abécédaire des films froids

A comme Autriche : Terre natale des films froids. Fonctionne aussi avec Allemagne (et même parfois avec Australie).

B comme Bourgeoisie : Classe sociale disséquée par les films froids. Quand on est bourgeois, on se suicide en famille (voire S comme suicide), on se viole les uns les autres (voire V comme Violence) et on a des enfants psychotiques (voire E comme Enfants).

C comme Cruauté : Les personnages des films froids sont fréquemment sujets à la cruauté. Exemple : dans Benny’s video de Michael Haneke (voire H comme Haneke), le jeune sociopathe Benny regarde en boucle -et au ralenti- la vidéo d’un porc tué d’une balle dans la tête à l’abattoir. Bref, on s’occupe comme on peut.

D comme Drame : Oui, car figurez-vous que les films froids en appellent rarement au registre comique.

E comme Enfants : Quand ils ne sont pas eux-mêmes des tueurs sans état d’âme ou des sociopathes terrifiants, les enfants sont éliminés sans pitié au cours du scénario. Evidemment, ils ne font pas partie du public visé par ces films.

18943497.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

F comme Folie : En plus d’être sociopathes, et si les personnages étaient complètement cinglés ? (voire M comme Malaise).

G comme Glaciation émotionnelle : C’est la marque de fabrique de Michael Haneke : congeler les émotions pour mettre en scène des personnages antipathiques dans un monde déshumanisé. Ambiance !

H comme Haneke : Grand manitou du film froid, il a été plusieurs fois récompensé à Cannes par le prix le plus prestigieux.

I comme Inceste : Pas toujours consenti, l’inceste est un rapport humain privilégié par les scénaristes des films froids.

J comme Jesus Freaks : Groupe de punks chrétiens au sein duquel se réfugie le personnage principal du film Aux mains des hommes, de Katrin Gebbe. Jésus est également la principale motivation des auto-flagellations insoutenables que s’inflige la très bigote Anna Maria dans Paradis : Foi, de Ulrich Seidl.

3164632_7_b105_dans-paradis-foi-anna-maria-maria_b4b05eb747cf758bf827515df572f81b

K comme Kangourou : Animal dont on peut piler la tête coupée dans un seau, le temps d’une scène qui ne sert pas qu’à susciter une immédiate envie de vomir dans Les Crimes de Snowtown, de Justin Kurzel.

L comme Lenteur : Oui, car figurez-vous que les films froids ne sont jamais des blockbusters.

M comme Malaise total : Sentiment qui prévaut durant le visionnage d’un film froid.

N comme Nudité dérangeante : Présentée sans concession, la nudité ne nous épargne rien en terme de physiques disgracieux. Elle se manifeste le plus souvent dans des situations difficiles à regarder : humiliations, attouchements pédophiles, viols, etc.

O comme Obésité : Condition à laquelle sont régulièrement sujets les personnages des films froids.

P comme Paradis : Titre -un brin ironique ?- de la trilogie de films froids d’Ulrich Seidl (voire U comme Ulrich Seidl).

Q comme Qualitatif : Les films froids sont souvent récompensés lors des festivals de cinéma. Quand on est un cinéphile intello, on aime voir des gens prendre cher.

R comme Racisme : Sujet récurrent des films froids, qui s’attachent à montrer des contre-modèles gênants (dont, par exemple, cette touriste autrichienne partie faire du tourisme sexuel au Kenya, et qui s’amuse avec ses copines à humilier les locaux).

20341684.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

S comme Suicide : Une bonne façon pour le scénariste d’envisager la fin de son personnage. On peut tout à fait se suicider en famille, même quand on a des enfants, comme le montre si bien Le Septième Continent de Haneke.

T comme Tyrannosaure : « Lézard Tyran », dinosaure du Crétacé, star incontestée de la saga Jurassic Park et animal préhistorique absent du film éponyme de Paddy Considine.

U comme Ulrich Seidl : Futur grand manitou du film froid, ses personnages n’ont pas leur pareil pour vous mettre mal à l’aise, qu’ils aillent faire du tourisme sexuel au Kenya, se fouettent avec des barbelés pour l’amour du Christ, ou qu’ils participent à des camps d’amaigrissement hardcore.

V comme Violence : Physique, psychologique, sociale, morale, sexuelle, gratuite ou conjugale… Toutes les occasions sont bonnes pour représenter la violence à l’écran et susciter notre angoisse.

W comme Woof : Cri du chien, animal souvent présent dans les films froids, pour le meilleur comme pour le pire. NB : les personnages des films froids peuvent également devenir ou incarner des chiens.

tyrannosaur-2011-720p-x264-brrip_-yify05-25-38

X comme Xylocaïne : Médicament à base de chlorhydrate de lidocaïne, utilisé pour réaliser des anesthésies. De nombreux personnages (et de nombreux spectateurs ?) de films froids auraient aimé en avoir sur eux.

Y comme I-grec : Lettre de l’alphabet particulièrement redoutée par l’auteur d’un abécédaire.

Z comme Zombie : État de décomposition cérébrale dans lequel se trouve le spectateur à la fin du visionnage d’un film froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s