Top 10 des pires chansons de la télé-réalité française, vol.2

On ne change pas une équipe qui gagne parait-il et comme on sait que vous l’attendiez avec impatience, le voici : le volume 2 de notre hit-parade de l’enfer. Top 10 des pires chansons de la télé réalité française, seconde édition.

10 « Be mine » par Bruno Moneroe

Histoire de commencer ce top tout en douceur et en gel capillaire, voici Bruno Moneroe, croisement hybride entre Ken et Peter Pan qui, après la prestigieuse Nouvelle star, a cédé aux sirènes de la téléréalité plus « low cost ». Demi-finaliste de Encore une chance, concours de repêchage de NRJ12 pour candidats n’ayant pas encore percé, c’est lors de la quatrième saison des Anges de la téléréalité qu’on a pu sentir (enfin) une micro vibration sur son électrocardiogramme médiatique. Résultat ? Si la chanson est plutôt efficace et reste bien en tête, c’est dans le visuel que ça pêche : des danseuses en plein spectacle de fin d’année, une réalisation hésitante et une impression d’amateurisme. La température monte néanmoins de quelques degrés. C’est l’été il parait.

9 « Comme je t’aime » par Loana

Mais qui est donc cette bimbo pleine d’assurance ?  Sa tête ne vous dit plus rien ? Pas d’inquiétude, c’est normal. Écrire ce top c’est un peu faire de l’archéologie, et tomber parfois sur les vestiges d’une civilisation éteinte depuis longtemps. Sauf que notre forteresse Maya s’appelle ici Loana, figure emblématique (et aquatique) de la première saison de Loft Story. L’air de rien, si les vendeurs  de piscine peuvent la remercier, sa maison de disque aussi, le single s’étant classé dans les 20 meilleures ventes de single en 2001. Alors trêve de plaisanterie, parlons un peu musique et apprécions à sa juste mesure ce monument de chanson française…

8 « L’agitateur » par Jean-Pascal

Ç’en est presque gênant de ressortir du placard ce pauvre Jean-Pascal. En effet, s’il est passé par la première saison de la Star Academy, il n’a jamais vraiment prétendu être un chanteur et semblait plus endosser le rôle de GO de cette édition. Figure populaire du programme (notamment en raison de son histoire d’amour avec Jennifer, la gagnante), il est quand même parvenu à sortir un single. Son « agitateur », qui pourrait sans soucis trouver sa place dans un disque de Patrick Sébastien, avait séduit à l’époque 600 000 acheteurs. Si aujourd’hui il semble avoir trouvé sa voie en tant qu’acteur (il a un rôle dans la série Section de recherches), on se devait de faire honneur à cet hymne estival et jovial. On sort donc les tongs, on se verse une larme de pastis et surtout on se détend.

7 « Come with me » par Afida Turner

Celle qui est passée par la seconde saison de Loft story et par le furtif Carré Viiip nous offre ici un clip tout en latex et en élégance. A ce niveau on pourrait quasiment parler de préliminaires tant les poses lascives et les regards caméra coquins s’enchaînent. La belle fille de Tina Turner (oui oui elle a épousé un des fils de la star) donne de sa personne à coup de griffes (ou de faux ongles). Une parfaite chanson pour ceux et celles qui trouvent un banal dîner aux chandelles trop plan-plan. On passe à la vitesse supérieure !

6 « Plus haut » par les Whatfor

Groupe vainqueur de Popstar seconde édition en 2002, les Whatfor ont réellement connu leur heure de gloire puisque ce sont à peu près 600 000 single et même 400 000 albums qui se vendront dans le télé crochet musical à succès de M6. 14 ans après, que reste-t-il donc de cette carrière éclair ? La séquence quasi mythique de Bruno Vandelli, chorégraphe de l’émission, et son idée de génie (hum) au moment de trouver un nom au groupe : « quadricolors » comme « les 4 couleurs primaires » ?

Le caractère de feu de Monia, que l’on a d’ailleurs retrouvée quelques années après dans les Anges saison 2 et qui semblait prête à donner de sa personne pour décrocher un featuring avec le rappeur Coolio ? Les performances d’acteurs de Nicolas, revenu à l’actorat depuis l’arrêt du groupe (ses premières amours parait-il) et vantant l’importance de la sécurité routière sur M6 ? Pas facile à dire en soit tellement ils sont allés « haut » dans nos cœurs et dans nos mémoires.

5 « Clap your hands » par Senna

Là, autant vous le dire tout de suite, on monte d’un niveau. Ancien pensionnaire de la saison 4 de Secret story et des Anges de la Téléréalité, Senna nous a prouvé que s’il était un bon joueur de basket, pour la chanson en tout cas ce n’est pas gagné. On est proche de la « danse des canards » version vieille dance des années 90. Tout cela nous laisse, comment dire, coin coin… « ça va Senna, ça va ! » comment beuglerait Amélie, son ex dans Secret story.

4 « Quale idea » par Giuseppe

Le  macho terrible de Qui veut épouser mon fils ? semble vivre une crise de la quarantaine… télévisuelle. Aujourd’hui âgé de 44 ans et passé depuis par Carré Viiip, L’île des vérités et Giuseppe restorante, Giuseppe a même, le temps d’un titre, tenté une aventure musicale. Pari gagnant en un sens car réussir à faire un clip réunissant un Pitbull des bacs à sable (le chanteur hein, pas le chien), avec un look de crooner raté façon Jean Luc Lahaye ou Frédéric François, il fallait le faire. On a comme l’impression de s’être arrêté dans une pizzeria karaoké un peu miteuse après une crevaison en cours de road trip, avec le patron ventripotent en marcel blanc, touffe de poils grisonnants qui sort sur le haut, qui vous regarde du coin de l’œil. Allez, avouez qu’on en redemande. Et une calzone pour la 12, une !

3 « En pleine face» par Laurent Lenne

Avant de vous lancer à corps perdus dans le visionnage de ce clip, sachez que vous apprêtez à voir le clip d’un pasteur. Oui d’un pasteur, mais pas que ! Homme de foi et de micros, Laurent Lenne a donc mis à profit son passage dans Secret Story saison 2, pour tenter de monter au septième ciel musical. Francis Lalane, sensible à cet appel, lui a même produit un album à sa sortie du jeu. Et autant le dire : Francis a eu du flair ! Car, honnêtement, voir un pasteur-chanteur-imitateur (il a monté un spectacle d’imitation)- vendeur de tapas (il a ouvert un restaurant à Lyon) déambuler sur la plage dans un sweat blanc laissant apparaître « subtilement » son torse d’homme de foi… c’est à en cracher son hostie.  Vu les regards  parfois un brin lubriques qu’il a l’air de lancer aux filles dénudées qui peuplent son clip de haut niveau, mieux vaut, si vous voulez notre avis, ne pas faire l’enfant de chœur avec lui. Il en a sous le capot le dévot !

2 « Tout conte fait et Rick » par les Elles 2

Vous vous souvenez des L5, grand vainqueurs de Popstar 1, véritables Spice Girls à la française ? Vous aussi, vous faites partie de la génération qui s’est déjà déhanchée sur « Toutes les femmes de ta vie », leur premier single ? Allez faites un effort, on parle quand même d’un groupe qui a vendu, au début des années 2000, albums et singles confondus, près de 4 millions de disques. Toujours pas ?

De toute façon ce n’est pas des L5 qu’il s’agit ici pour cette seconde marche de notre podium. Non, pas des L5, mais des Elles 2, Marjorie et Alexandra ayant décidé, il y a deux ans, de tenter de revenir sur le devant la scène. Et elles ont fait fort, car faire aussi mauvais, c’est une performance. Portées par un texte qu’elles qualifient elles-mêmes de « puissant » et « actuel », les voilà donc rockeuses d’un jour. Pas de clip malheureusement pour ce chef d’œuvre d’un autre genre mais une chanson et une pochette de single qui suffisent à nous ravir. Comme quoi, de temps en temps, il vaut mieux être 5 que 2.  Impatients de voir la suite ?

1 « Nymphomédiatik» par Cindy Lopes

D’un top à l’autre, il y a comme une douce mélodie qui se répète. Douce mélodie ou chant infernal ? Et oui c’est encore Cindy Lopes qui trust le haut de notre classement cette année. Après avoir fait monter la température dans Secret Story 3 et Carré Viiip, la pulpeuse (sic) blonde a prolongé son personnage de femme allumeuse au fort caractère et s’est décidée à pousser la chansonnette. Ce faisant, il ne peut faire de doute qu’elle se place en concurrente de choc pour les (nombreux) prétendants à la pôle position dans nos tops.

Cette fois-ci, point de poule sous le bras mais un clip oscillant entre le mauvais film de vacances de deux adolescentes à la campagne et le vieux nanar érotique censé faire monter (en pression) les  téléspectateurs insomniaques, à coup de plans salaces de lavage de voiture ou de poses lascives dans une baignoire remplie de mousse. Quant aux paroles, on en apprend plus sur « l’artiste » qu’en feuilletant un mauvais numéro de Closer (« Mon cul est AOC », « je serais bonne à buzzer », « J’suis pas une bombe (…) je suis nymphomediatik »). Enfin, histoire de mettre un pompon sur notre Garonne, le beat a juste ce qu’il faut de répétitif pour perdre en route les quelques neurones qu’il nous restait après le visionnage d’un épisode de Secret Story. Prenez donc deux Dolipranes, installez-vous confortablement dans votre chaise longue et contemplez ce monument de la téléréalité en action. Vos oreilles n’en ressortirons sans doute pas indemnes, et vous non plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s