Un Nouvel Espoir Politique

Alors qu’une troisième guerre mondiale semble se profiler à l’horizon, que les débats publics atteignent d’amers abysses ici et de l’autre côté de l’Atlantique, et que pour ne rien gâcher la météo semble les y avoir rejoints, on ne peut s’empêcher d’avoir envie de se distraire à tout prix. Mais plutôt que de se contenter de divertissements qui ne font que confirmer l’ordre oppressif établi, et même enfoncer le clou à grands renforts de simplifications, discours accablants et comportements condamnables… et si l’on trouvait dans le cinéma ce qui manque cruellement à la réalité contemporaine : des politiciens intègres et des combats triomphants, dignes de nous redonner de la motivation et de l’énergie ? Voici une sélection qui (re)donne l’envie et la rage d’être militant.

Pride, 2014, Matthew Warchus

Dans les années 80 en Angleterre, mineurs et communauté LGBT semblaient avoir pour seul point commun d’être opprimés par le gouvernement Thatcher. Cependant, quand les premiers sont entrés en grève en 1984, les seconds leur ont offert un soutien inespéré en soulevant des fonds et participant à leurs actions, pour finir par former un mouvement commun. L’histoire vraie de cette solidarité inattendue, à la surprise même des principaux concernés qui ont dû braver tous leurs préjugés mutuels, redonne fortement foi en la possibilité d’une amitié quelles que soient les différences culturelles – grâce à beaucoup d’humour, d’empathie, de remise en question et de musique disco.

 

Afficher l'image d'origine

No, 2013, Pablo Larraín

En 1988, pour la première fois depuis quinze ans, les voix et partis contestataires du Chili ont eu le droit de s’exprimer en vue d’un référendum qui pourrait mettre fin au gouvernement Pinochet, qui d’accoutumée les réduisait au silence à coups d’enlèvements, d’emprisonnements et d’exécutions sommaires. Une campagne de pub, oui, mais pour la destitution d’un dictateur et la victoire de la démocratie : voilà ce qui est demandé à René Saavedra, un publicitaire dont les motivations discutables (le challenge et la gloire) vont se muter en un véritable engagement quand il prend conscience de l’importance de son travail. Plutôt que de vendre un produit, il s’agit en effet d’offrir de l’espoir à ses compatriotes, et c’est d’ailleurs la stratégie qu’il adopte pour des spots télévisuels kitsch et irrésistibles. Par ricochet, c’est aussi dans l’intention du réalisateur de montrer que, parfois, l’optimisme et les bons sentiments ne sont pas toujours voués à l’échec…

Les suffragettes, 2015,  Sarah Gavron

Leur nom et leur organisation ont été très largement sous-estimés voire ridiculisés dans la culture populaire et les manuels d’histoire… Pourtant, la lutte pour l’obtention du droit de vote des femmes au Royaume-Uni est loin d’avoir été de tout repos, et face à la répression croissante d’un gouvernement conservateur, les suffragettes n’ont eu d’autre solution que de s’engager corps et âmes dans un combat toujours plus désespéré, avec actions violentes à la clé. Ce film n’est donc pas exempt de moments dramatiques, mais rend enfin justice à un mouvement trop longtemps présenté comme indulgent et inoffensif face à une cruelle réalité sociale ; et même si son coût est démesuré, c’est avant tout le récit d’une belle et nécessaire émancipation.

Selma, 2015, Ava du Vernay

Les marches de Selma constituent l’un des grands moments du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. En 1965, la ségrégation faisait encore rage, plus particulièrement dans le sud-est, et ces manifestations pacifiques qui se sont tenues sur les routes d’Alabama ont été mises à rude épreuve, tant par l’hostile opposition des politiciens de la région que par la violence insoutenable dont ont fait preuve les populations et forces de police des villes traversées. Seules la courageuse obstination des militants et l’attention des médias ont permis à l’action de se poursuivre, même après qu’un manifestant a été tué par des membres du Ku Klux Klan lors de la première marche. Quand on ajoute à ces circonstances tragiques la conscience que Martin Luther King, l’un des leaders de cette lutte, allait être assassiné trois ans plus tard, et qu’inégalités et racisme sont loin d’avoir disparu aujourd’hui, le visionnage est assez éprouvant. Mais des gens des quatre coins des Etats-Unis ont fini par se joindre au mouvement, qui a par ailleurs favorisé l’adoption du Voting rights act interdisant les discriminations raciales lors des élections ; la procession finit par arriver à Mongtomery triomphante, unie envers et contre tout. Et quand la guerre semble parfois perdue, il est bon de se rappeler d’anciennes batailles gagnées alors même qu’elles paraissent impossibles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s