À l’heure du Sidaction : le VIH sur nos écrans

Depuis les débuts de l’épidémie vers la fin des années 1970, ce ne sont pas moins de 78 000 000 de personnes qui ont été infectées dans le monde et plus de 35 000 000 d’entre eux qui y ont laissés leurs vies. Le VIH, ce sont encore aujourd’hui plus de deux millions de nouvelles contaminations par an dans le monde et, sur les plus de 36 millions de personnes vivant encore avec le virus, la moitié seulement a accès à la thérapie antirétrovirale. Il est donc toujours autant important de se mobiliser et de faire des dons afin qu’un jour le service public n’est plus à faire un prime événementiel pour sensibiliser l’opinion sur le sujet.

Alors que, ce weekend, nos projecteurs audiovisuels seront braqués sur cette noble cause, nous avons décidé de vous faire (re)découvrir quelques-uns de nos films et documentaires préférés s’étant frottés à ce triste et difficile sujet :

  1. Tous au Moulin Rouge pour le Sidaction, samedi 25 mars sur France 2 à 21H05

Comme chaque année, artistes et animateurs se mobilisent à l’occasion du Sidaction et se retrouvent sur scène (au Moulin Rouge cette année) pour tenter de divertir au maximum des téléspectateurs que l’on espère nombreux, car de nombreux appels aux dons seront fait au cours de la soirée. L’idée est de mêler personnalités du petit écran et chanteurs d’hier et d’aujourd’hui en duo de choc afin d’être en capacité de fédérer une audience la plus large possible. De Shy’m à Chantal Ladesou il n’y aura qu’un pas (ou plutôt qu’une chanson) samedi soir !

C’est en 1994 qu’a été organisé le premier Sidaction. Présidée par Pierre Bergé, avec Line Renaud pour vice-présidente, cet événement, qui toute l’année récolte des fonds pour aider les recherches et les actions autour du VIH et de ses victimes en France et à l’international, consiste pendant trois jours une opération de sensibilisation et de récoltes de dons de grande ampleur mobilisant pendant cette période chaînes de télévision et bénévoles à travers tout le pays.

Reconnu « établissement d’utilité publique » depuis 1998, le Sidaction, anciennement Ensemble contre le Sida, est la seule association française à financer la recherche médicale sur le VIH. Donner est plus que jamais nécessaire à l’heure où rien qu’en France 150 000 personnes vivent aujourd’hui avec le virus, à l’heure où on estime à 25 000 le nombre de personne ignorant leur séropositivité, à l’heure où 6000 nouveaux cas sont chaque année diagnostiqués. On compte sur vous !

  1. Line Renaud, mon arbre de vie, samedi 25 mars sur France 5 à 00h50

Née en 1928, la co-fondatrice et vice-présidente du Sidaction est le genre de femme à avoir déjà vécu ce qui pourrait sembler 100 ans à nous, commun des mortels. Meneuse de revue star dans les années 50, chanteuse (elle a même chanté en duo avec Dean Martin), actrice (prix d’interprétation féminine en 2004 au festival de Luchon pour le téléfilm Suzie Berton), militante (en plus du Sidaction, elle est également un membre éminente de la « coordination pour l’éducation à la non-violence et à la paix), Line Renaud a tout connu ou presque. Un des éléments néanmoins qui semble la caractériser est le couple qu’elle a formé pendant 50 ans avec le compositeur à succès Loulou Gasté. Débutée en 1945, cette histoire d’amour a, sans conteste, forgé cette femme d’arts et de convictions qui, samedi prochain, sera sur la scène du Moulin Rouge pour  sensibiliser l’opinion sur la recherche autour du VIH.

  1. Les témoins d’André Téchiné, 2007

Ce que ce film de Téchiné est parvenu à saisir avec brio est le moment où l’épidémie de VIH a débarqué en France, frappant les protagonistes de ce chassé-croisé amoureux. En regardant ce film sorti il y a déjà 10 ans, c’est de l’intimité de ces couples et de ces parcours dont nous sommes les témoins. Michel Banc y joue un professeur de médecine homosexuel présentant son jeune amoureux (Johan Libéreau) à son amie de toujours, interprétée avec justesse par une Emmanuelle Beart émouvante, en couple dans le film avec un Sami Bouajila magistral de complexité. L’un d’eux tombera malade et c’est le doute et la peur face à l’inconnu qui va gagner le groupe. L’inconnu qui nous ronge, cet inconnu même dont on ne sait quel enfer il nous promet. Le résultat est sobre, poignant, glaçant même.

  1. Vivant ! de Vincent Boujon, 2015

L’inconnu dont nous parlions à propos des Témoins  se retrouve incarné dans ce très beau documentaire par un saut en parachute que s’apprête à faire un groupe d’hommes homosexuels et séropositifs. Ils ne se connaissaient pas avant mais se livrent les uns aux autres entre deux séances de préparation pour leur grand saut. Ils se confient tellement entre deux leçons de déploiement de parachute que l’on finit par se demander si le grand saut ne serait pas en fait dans cette ouverture offerte sur leur intimité. Cela fait une trentaine d’années que le VIH a débarqué en France et même si aujourd’hui des traitements existent permettant de vivre normalement, le regard que beaucoup portent sur ce virus et surtout sur les personnes séropositives n’a lui que pas ou peu changé. Alors oui, ces inconnus filmés par Vincent Boujon ne peuvent que nous toucher quand ils nous racontent leurs parcours et le regard porté par leurs entourages sur l’itinéraire que la vie leur a réservé. Un documentaire qui se situe dans le « vrai » et qui parvient à nous émouvoir en même temps que nous faire sourire. Prêt à sauter avec eux ?

  1. San Francisco 1985 de Chris Mason Johnson, 2015

Un peu comme dans le film de Téchiné, c’est l’émergence de l’épidémie qui est ici abordée avec ce qu’elle a pu comporter d’homophobie exacerbée par la peur face à ce mal qui commençait à se propager. C’est par le prisme du très beau couple formé par Scott Marlowe et Matthew Risch, que le réalisateur nous donne à voir les doutes, l’inquiétante attente des résultats, la maladie… C’est dans une troupe de danse contemporaine qu’ils font connaissance et c’est au sein de cette troupe que leurs vies vont basculer… Un film esthétique et subtil. Un film sur le passage à l’âge adulte, un passage fait d’amour et parfois de barbelés. Une claque tout en grâce et en pas de danse.

  1. Dallas buyers club de Jean-Marc Vallée, 2014

On ne pouvait conclure cette playlist sans évoquer ce film pour lequel Matthew McConaughey a remporté l’oscar du meilleur acteur pour son rôle dans ce film et Jared Leto celui du meilleur second rôle. En effet, inspiré d’une histoire vraie, le film de Jean-Marc Vallée nous raconte l’histoire de Ron Woodroof (joué par un Matthew McConaughey physiquement métamorphosé pour le rôle), cow-boy diagnostiqué séropositif à qui l’on annonce qu’il ne lui reste que 30 jours à vivre. N’acceptant pas cette fin là pour sa vie qu’il s’est attaché jusque-là à rendre pleine de rodéos, de femmes et moments d’exaltation, Ron va passer la frontière et aller chercher au Mexique un traitement non reconnu aux USA mais réputé plus efficace. Il va ainsi fonder le Dallas Buyers Club et fournir à des dizaines de séropositifs les fameux traitements jusqu’à se mettre les autorités fédérales sanitaires sur le dos. Un récit poignant. Le combat d’un homme pour les hommes comme pour lui-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s